IMMONEUF - de Particulier à Particulier
Immobilier neuf,
partout en France

Ile-de-France : le marché immobilier neuf en plein boom

Ventes en hausse, commercialisations de logements qui progressent, prix qui grimpent... au deuxième trimestre 2017 le marché immobilier neuf de l'Ile-de-France semble prospère. Focus sur les derniers chiffres de l'Adil*.

L’observatoire du logement neuf des Adil d’Ile-de-France vient de publier sa dernière note de conjoncture. Les indicateurs sont au vert pour ce second trimestre 2017.

Des ventes en hausse. Premier constat, avec 7.574 ventes de logements neufs enregistrées au 2e trimestre 2017, le marché de l’Ile-de- France progresse de 12% par rapport à la même période l’an dernier. Cette augmentation profite surtout au Val-d’Oise (+ 66%), à la Seine-Saint-Denis (+ 59%) et au Val-de-Marne. En volume pour chaque territoire cela représente plus de 1.000 ventes chacun.

Regain des mises en vente. Entre les mois d’avril et de juin 2017, 9.400 logements ont été commercialisés. Cela représente une progression de 17% sur un an.  Individuellement certains départements affichent néanmoins des baisses comme les Hauts-de-Seine (- 12%), l’Essonne (- 4%) et la Seine-et-Marne (- 2%). A l’exception de Paris (325 commercialisations), tous les départements dépassent le seuil des 1.000 logements mis en en vente. Avec 1.857 unités, la Seine-Saint-Denis est en tête.

Un stock de logements neufs plus important. Les ventes ont progressé mais pas aussi vite que les mises en vente. Conséquence, l’offre de logements neufs a augmenté de 6% sur un an et même de 9% sur un trimestre. Au 30 juin 2017, les particuliers avaient ainsi pas moins de 19.557 opportunités à saisir dont plus de 1.000 maisons. La Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et les Yvelines restent les départements les mieux fournis avec respectivement plus de 3.000 logements en vente.

Des prix qui grimpent. Sur un an, les prix en Ile-de-France ont augmenté dans tous les départements. C’est en Essonne que la croissance a été la plus importante (+ 4,7%) alors qu’en Seine-et-Marne les tarifs n’ont progressé que de 0,8%. Toutefois depuis le premier trimestre, les tarifs sont restés stables. Sur Paris, ils ont même diminué de 7,3%. Cela n’empêche pas la capitale de rester la ville la plus chère de France avec un prix moyen de 11.377 € /m².

Et demain ? Malgré ces indicateurs positifs, les professionnels du neuf restent prudents. La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) craint que la réforme du logement annoncé récemment par le gouvernement ne freine les particuliers. Ces derniers auront peut-être la tentation d’attendre pour connaître les aides dont ils pourraient bénéficier l’an prochain. Une attitude qui pourrait ralentir le marché.

*Agence nationale pour l’information sur le logement 

Publié par
© immoneuf.com - 8 sept. 2017

A lire également