IMMONEUF - de Particulier à Particulier
Immobilier neuf,
partout en France

Immobilier : les critères d'achat des Français

Pour la 4ème année consécutive, le Crédit Foncier a réalisé une étude mesurant le parcours d'acquisition de la résidence principale auprès de 7000 ménages et les écarts entre « rêve et réalité ».

 

 Pourquoi acquérir sa résidence principale ? Quelles sont les principales motivations des acquéreurs ? Le Crédit Foncier a étudié la question auprès d’un  panel de 7 000 ménages ayant cherché au cours des douze derniers mois à acheter un logement. Décryptage.

Des motivations différentes. Selon que l'acquéreur est primo ou secondo accédant les motivations diffèrent. Les premiers, encore locataires, expriment prioritairement le souhait d’être chez eux (72 % des citations) et ne plus verser de loyers à fonds perdu (69 %). Quant à ceux qui accèdent à la propriété pour la seconde fois il s’agit tout simplement de disposer d’un logement plus grand (40 %) et de changer d’environnement.

Des différences régionales. Lorsque Crédit Foncier interroge les Français sur leurs critères d’achat essentiels, l’emplacement (70 % des citations), la superficie (69 %) et le nombre de pièces (67 %) arrivent en tête. D’autres impératifs font néanmoins leur apparition en fonction des régions ; ainsi la proximité avec les transports en commun est-elle davantage prise en compte en Île-de-France alors que dans le Sud de la France, les acquéreurs se montrent plus soucieux de l’exposition et de la vue.

La maison fait rêver. D'après l'étude du Crédit Foncier 72 % des personnes interrogées recherchent une maison. C'est dans le Nord-Ouest que ce désir se fait le plus pressant. Fort logiquement, le souhait d'une villa dépend de la taille de la commune dans laquelle on souhaite habiter : il concerne 89 % des futurs acquéreurs dans des communes de moins de 5 000 habitants contre 33 % pour les villes de plus de 100 000 habitants.

Beaucoup de visites. Avant de conclure un compromis de vente les acheteurs ont visité en moyenne 6 biens. Et ce nombre de visite est bien plus important dans les grandes agglomérations. Le Crédit Foncier dénombre 6,5 biens visités pour les communes de plus de 50 000 habitants contre 5,3 biens pour les communes de moins de 5 000 habitants. Et il aura fallu en moyenne de 4,4 mois pour dénicher la perle rare.

Un budget globalement respecté. L'enveloppe moyenne que s'était fixé un ménage, en début de recherche, pour l'achat de son logement était de 172 000 €. Pour réaliser leur acquisition, 19 % déclarent néanmoins avoir dépassé leur budget prévisionnel, avec un dépassement moyen de 13 %. Une proportion toutefois en baisse, taux exceptionnellement bas oblige, puisqu’elle était de 21 % en 2016, de 23 % en 2015 et de 29 % en 2014.

Des choix douloureux. Alors que les prix de l'immobilier donnent globalement des signes de reprise, 41% des personnes sondées indiquent qu'elles ont fait des concessions par rapport au projet initialement envisagé. Les principales concessions portent sur la taille du logement (28 % disent avoir acheté un logement plus petit qu'espéré) et à l'éloignement géographique par rapport à la zone recherchée (23 % disent s'être éloignés du lieu où ils souhaitaient acheter). Les autres concessions portent essentiellement sur une surface moindre de terrain ou jardin (20 %), le renoncement à un parking (19 %), l’absence de travaux à effectuer (19 %), ou encore à l'exposition géographique du bien (13 %)

La négociation s'impose. Autre enseignement de l'étude, les Français négocient. Dans plus d'un cas sur deux, la transaction s’est faite après avoir obtenu une baisse de prix. Ainsi 55 % des personnes ayant fait une acquisition indiquent avoir négocié une baisse de prix. En moyenne, cette baisse équivaut à une diminution de 6 % du prix de vente initialement réclamé par le vendeur.

 

 

Publié par
© immoneuf.com - 23 juin 2017

A lire également