IMMONEUF - de Particulier à Particulier
Immobilier neuf,
partout en France

Immobilier neuf : acheter dans un site historique

Les friches ont de l'avenir ! Les anciennes prisons, les hôpitaux désaffectés accueillent désormais des programmes de logements neufs, des appartements pas comme les autres.

Habiter dans un ancien hôpital ou une caserne ? C’est possible ! Les promoteurs aménagent en effet des appartements dans ces bâtiments historiques ou construisent des immeubles sur ces friches situées aussi bien en région parisienne que dans les métropoles de l’Hexagone. Focus sur ces programmes résidentiels qui ne manquent pas d’atouts. Cinq bonnes raisons d’acheter !

La reconversion des anciennes prisons Saint-Paul et Saint-Joseph à Lyon propose un cadre de vie unique aux acquéreurs de logements neufs.

Une belle adresse pour les acquéreurs. Les promoteurs s’intéressent à ces sites historiques mis en vente par les collectivités locales car ces emprises foncières sont très bien placées. En effet, ces bâtiments ont été construits la plupart du temps au centre-ville, voire en proche périphérie du cœur ancien de la commune. Les clients qui ont acheté les appartements aménagés dans l’hôpital Richaud, situé à Versailles – une opération signée Ogic – bénéficient ainsi d’une situation privilégiée avec la proximité du marché, du château de Versailles. Sans oublier les transports en commun avec la gare de Versailles Rive droite.

Un quartier clés en main. Ce projet immobilier s’accompagne généralement de nombreux aménagements qui transforment le quartier. Des écoles, des espaces piétonniers, des crèches, des gymnases, des locaux commerciaux ont ainsi vu le jour lors de la reconversion des friches militaires situées à Dijon. Des équipements indispensables pour qu’une vie de quartier se développe dans ce secteur qui a tourné la page de son histoire militaire.

Une résidence à l’architecture très qualitative. L’architecture de ces programmes fait l’objet d’une concertation importante entre promoteurs et collectivités locales. Les projets immobiliers lancés dans la capitale font systématiquement l’objet d’un appel d’offres lancé par la mairie de Paris. C’est notamment le cas de la Galerie 14, une résidence signée Nexity, construite à deux pas de l’ancienne gare de Montrouge, dans le XIVe arrondissement. Sélectionné, le promoteur a organisé ensuite un concours auprès de quelques architectes pour choisir, en collaboration avec la ville, le projet le plus qualitatif. Les architectes des monuments historiques ont également leur mot à dire sur les propositions qui leur sont soumises. Les immeubles construits ou les bâtiments réhabilités en logements doivent en effet s’intégrer au patrimoine local.

Des appartements atypiques. Ces résidences proposent le plus souvent quelqueslogements hors normes. L’un des bâtiments de l’hôpital Richaud à Versailles accueille de grandes surfaces comme ce 170 m² avec une belle hauteur sous plafond atteignant 4,60 m. Sans compter les grandes fenêtres donnant sur le jardin intérieur de l’hôpital. Les immeubles neufs construits sur le site de l’ancien hôpital pédiatrique Debrousse à Lyon abritent aussi quelques belles surfaces comme cet appartement de 300 m² qui domine la préfecture du Rhône. Les prestations intérieures des logements sont également à la hauteur comme le rappelle Stéphane Reymond, directeur régional Rhône-Alpes Auvergne de Vinci Immobilier : « ce sont des prestations hors normes que nous ne faisons pas ailleurs. Les appartements y bénéficient d’une double-exposition, d’un équipement domotique complet sans oublier un choix important de revêtements de sol ».

Une dimension patrimoniale forte. Acheter sa résidence principale permet de constituer un patrimoine pour sa famille. C’est encore plus vrai pour ces appartements haut de gamme dont la valeur ne peut qu’augmenter au fil des années. « Contrairement à l’investisseur locatif, le propriétaire d’une résidence principale intègre une dimension patrimoniale dans son projet immobilier, analyse Stéphane Reymond. Cette dimension est d’autant plus forte qu’il bénéficiera d’une bonne construction avec des prestations de qualité. La valeur patrimoniale de son bien est forcément un moteur d’achat. »

 

Emmanuel Launiau : pdg d'Ogic

 Avis d’expert Emmanuel Launiau est président du directoire d’Ogic, un promoteur qui a reconverti en logements plusieurs sites historiques.

Pourquoi avoir réhabilité l’hôpital Richaud à Versailles ?

Car ce type d’opération correspond à l’ADN de l’entreprise. Nous avons en effet un véritable savoir-faire en matière de restructuration de bâtiments. Nous avons notamment restructuré la Manufacture des tabacs de Rumilly (74), l’ancien site de l’université catholique de Lyon.

Comment choisissez-vous ces sites ?

Nous sélectionnons les opérations qui sont situées au centre-ville. Notre expérience nous permet de bien cerner le coût des travaux qui doivent être réalisés. Cette estimation est d’ailleurs un élément clé pour évaluer la faisabilité du programme qui sera plus cher qu’une opération de promotion immobilière classique.

En quoi ces programmes immobiliers sont-ils différents d’une résidence classique ?

Il faut travailler en collaboration avec les architectes des monuments historiques pour la conception des immeubles. Et savoir s’entourer d’entreprises qualifiées pour réaliser les différents travaux. Le promoteur doit s’affirmer comme un chef d’orchestre. La concertation avec les habitants est également essentielle pour éviter les recours contre le permis de construire.

Comment se sont déroulés les travaux à l’hôpital Richaud ?

Comme souvent, le chantier nous a réservé des surprises. Nous avons dû remplacer certains planchers en bois et certaines charpentes qui étaient trop endommagées pour être conservées en l’état.

Les logements commercialisés à Versailles diffèrent-ils de ceux construits habituellement?

Oui. Ce sont des logements atypiques. Les appartements sont éclairés par de grandes fenêtres qui donnent sur un jardin intérieur. La hauteur sous plafond atteint 4,60 m. Et dans certains logements, les poutres sont apparentes. C’est le charme de l’ancien avec le confort du neuf.

A quel prix se sont vendus ces appartements ?

Nous avons vendu ces logements en 2010 entre 8.000 et 10.000 € le mètre carré. La commercialisation s’est bien passée. Les acquéreurs ont notamment apprécié la qualité de l’emplacement, la proximité des commerces. Mais il faut toujours être très vigilant sur le prix de vente car le marché n’est pas extensible !

Publié par
© immoneuf.com - 9 août 2016

A lire également