Les courtiers

Le métier du courtier : faire jouer la concurrence à votre place.

La fonction du courtier

Il va présenter votre dossier à plusieurs établissements financiers. Et vous choisirez la meilleure offre. Mais son rôle ne s'arrête pas là : il se positionne également comme conseiller. « L'offre de crédit s'étant complexifiée ces dernières années, avec l'émergence des prêts aidés et le nouvel intérêt porté aux taux variables, les particuliers ont un besoin croissant d'expertise. Sans compter que pour comparer en toute objectivité les différentes offres, il faudrait pouvoir le faire sur une base identique.Or la multiplication des formules ne simplifie pas la tâche », explique Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi.

Grâce aux accords conclus avec de nombreux établissements financiers, les courtiers constituent un élément de poids dans la négociation. Maîtrisant sur le bout des doigts des mécanismes souvent complexes, ils sont surtout au fait des critères d'éligibilité des différentes banques. Celles-ci ont d'ailleurs favorisé le développement du courtage.

Et pour cause : elles profitent directement d'une clientèle souvent jeune au profil évolutif et susceptible d'être équipée en divers produits bancaires ou produits d'épargne nettement plus rémunérateurs. Car c'est souvent à l'occasion d'un emprunt immobilier que les particuliers acceptent de changer de banque. « En échange d'un très bon taux, il y a généralement une contrepartie : ouverture de compte et virement des revenus », souligne Philippe Taboret.

Les avantages de passer par un courtier

Le meilleur taux ne signifie pas la meilleure offre. D'autres éléments sont à prendre en compte et jouent en faveur des courtiers. À commencer par la délégation d'assurances.

La délégation d'assurances

Les courtiers proposent par le biais de compagnies spécialisées des assurances décès-invalidité plus intéressantes car calculées individuellement selon l'âge, le sexe, la catégorie socioprofessionnelle ou encore la durée du prêt, contrairement à l'assurance de la banque où le coût reflète l'âge moyen des clients. Résultat : la prime d'assurances peut être ramenée entre 0,12 et 0,20 %, alors qu'elle se situe autour de 0,40 % pour les contrats « groupes ».

Soyez toutefois vigilant quant à l 'étendue de leurs garanties. Veillez à ce qu'elles soient identiques à celles du contrat « groupe ». Considérer l'assurance uniquement comme un différentiel de taux et prendre la moins chère sans se soucier de la couverture qu'elle implique peut s'avérer extrêmement risqué. Pour autant l'économie réalisée n'est pas négligeable lorsqu'on s'engage sur une vingtaine, voire une trentaine d'années. À titre d'exemple, pour un prêt de 150.000 € accordé à un jeune ménage sur une durée de vingt-cinq ans, une assurance au taux de 0,38 % (100 % de couverture) représente 28.500 €. Pour les mêmes conditions et par le biais de Vitæ Assurances (une de ses filiales), le courtier Cafpi sort une assurance au taux de 0,13 %, soit une économie de 18.750 €.

La suppression des pénalités en cas de remboursement anticipé

La plupart des courtiers ont également négocié la suppression des pénalités en cas de remboursement anticipé. Un atout quand on sait qu'elles peuvent atteindre jusqu'à 3 % du capital restant dû. D'autres enfin ont développé leur propre système de caution dans le but de réduire le coût de la garantie prise par la banque pour s'assurer du remboursement de votre crédit.

Mais avoir recours à un courtier n'est généralement pas gratuit. Des frais de dossier vous sont facturés pour couvrir les dépenses relatives au temps passé à la constitution et au traitement de votre dossier de prêt. Habituellement ces frais s'établissent à 1 % du montant de l'emprunt, généralement plafonnés entre 600 et 1 200 €.

Chez Credixia, aucuns frais ne vous seront facturés. Alain Todini, son président, se fait fort de se démarquer de la concurrence en offrant des solutions de financement complètes et entièrement gratuites. « Nous sommes uniquement rémunérés par les banques sur le volume d'affaires que nous leur apportons. »

Publié par -