Des prêts plus longs pour les primo-accédants

Les jeunes ménages s'engagent de plus en plus tôt dans l'accession à la propriété de leur logement. Crainte du financement des retraites, volonté de se constituer un patrimoine, leurs motivations sont diverses.

Pour accompagner ces nouveaux propriétaires, les acteurs du financement proposent des prêts longue durée pouvant atteindre quarante ans au maximum. Certaines offres sont proposées à taux révisable avec un cap + 1 ou un cap + 2. En cas d'augmentation de l'indice de référence (Euribor trois mois notamment), la hausse du taux d'intérêt sera plafonnée à un point, voire deux points.

L'écart entre les crédits à taux révisable et taux fixe atteignant actuellement presque un point, l'emprunteur peut réaliser des économies sur son financement en réduisant le coût de ses intérêts, ces derniers étant les plus coûteux les premières années du crédit. « Cette offre est proposée à nos clients âgés de vingt-cinq à trente-cinq ans », explique Alain David, directeur de l'activité crédit immobilier Cetelem. « Selon leur profil et leur potentiel d'évolution professionnelle, nous définissons avec eux une mensualité et une durée. La perspective d'une hausse de leur rémunération leur permettra d'augmenter le montant de leur mensualité, diminuant ainsi le coût global de leur crédit. »

À noter que souscrire un crédit à taux révisable n'est pas une décision irréversible. Des établissements bancaires prévoient dans leur offre la possibilité de passer à taux fixe en respectant certaines conditions.

Les primo-accédants peuvent également bénéficier de crédits à taux fixe qui atteignent trente ans au maximum. Cetelem propose une mensualité progressive. La première allégée de 10 % par rapport à la mensualité théorique augmente de 1 % chaque année pendant dix ans. « Les modes de consommation ont changé depuis plusieurs années, constate Alain David. Les particuliers ne veulent pas se priver de tout lorsqu'ils décident de devenir propriétaires de leur résidence principale. Ils ne sont pas prêts à sacrifier leurs vacances ou à diminuer leur budget consacré à la téléphonie par exemple. »

Publié par -