Hypérion : un immeuble en bois qui ouvre la voie

La Tour Hypérion accueillant 100 appartements est sortie de terre à Bordeaux dans le quartier Saint-Jean Belcier. Une construction en bois qui a servi de test pour développer la construction d’immeubles en bois dans l’agglomération bordelaise.

 

Les premiers acquéreurs qui ont pris possession de leurs logements en juin place d’Armagnac à Bordeaux l’ignorent. Mais ils ont emménagé dans un immeuble unique en France ! La tour Hypérion culminant à 56 m avec ses 16 niveaux est en effet la première tour associant bois et béton en France. Ce programme comptant 100 logements, dessiné par l’architecte Jean-François Viguier, a été réalisé par Eiffage immobilier, dans le quartier Saint-Jean Belcier, situé dans l’opération d’aménagement de Bordeaux Euratlantique.

Une construction bois à diffuser. Grâce à l’édification de cet immeuble en bois, l’établissement public d'aménagement Bordeaux Euratlantique avait pou ambition de permettre à tous les acteurs d’acquérir une culture permettant de reproduire ces réalisations dans l’agglomération qui souhaite s’engager dans la transition environnementale avec une baisse des émissions de gaz à effet de serre. Un pari en passe d’être réussi car les constructions bois se développent désormais dans les nouveaux quartiers de Floirac et Bègles.  

Un matériau pour le centre-ville. Dans la tour Hypérion où seuls le socle de l’immeuble et le noyau central accueillant l’ascenseur sont en béton, le bois est omniprésent ! Pas moins de 304 murs ossature bois intégrant l’isolation et les fenêtres ont été fabriqués dans les ateliers d’une filiale d’Eiffage construction avant d’être montés sur le chantier. Les planchers des appartements ont été réalisés en bois lamellé collé, un matériau très dense et résistant. « Le bois a la capacité d'être un matériau pour le centre-ville et les zones urbaines denses. Les nuisances du chantier sont considérablement réduites car le montage des façades se fait à sec », rappelle Jean-François Viguier qui souligne la rapidité des travaux. Il n’a fallu que trois mois pour réaliser 16 étages !

Un label décroché. Si l’utilisation du bois génère des gains de temps conséquents, elle permet aussi d’atteindre plus facilement les labels comme celui du Bâtiment Bas Carbone (BBCA) et le label E+, C- obtenus par la tour Hypérion. Ces labels sont très exigeants sur l’empreinte carbone. Selon le promoteur, l’emploi du bois permettra une économie de 15 tonnes de CO2 par logement sur l’ensemble du cycle de vie de la tour Hypérion soit l’équivalent de 206 000 kms parcourus par une voiture en ville.

Le bois promis à un bel avenir. Si le surcoût lié à la construction bois est encore actuellement important par rapport à une construction en béton soit un écart de 20 %, ce matériau devrait voir cependant sa part de marché augmenter comme l’explique Marc Simon, directeur du programme Eiffage immobilier : « Le bois perdurera car les municipalités nous demandent d’utiliser des matériaux biosourcés pour la construction des immeubles. Et il n’y a pas que les métropoles qui sont concernées ! Des villes moyennes comme des communes du Pays-Basque ont aussi cette démarche. Si le bois est indispensable pour mener à bien un projet, nous devrons aussi utiliser à l’avenir des isolants biosourcés ».

Hypérion  en bref :
Hypérion comprend, outre la tour en bois comptant 100 logements, un autre immeuble abritant 82 logements et un immeuble de bureaux sans oublier des commerces. 38 appartements ont été vendus dans le cadre de l’accession sociale à la propriété à un prix maîtrisé de 3 000 € le m², les autres biens ont été commercialisés à 4500 € le m². Un dizaine d’appartements sont encore disponibles comme ce quatre pièces de 80 m² à 425 000 €.   

 

Publié par -