IMMONEUF - de Particulier à Particulier
Immobilier neuf,
partout en France

Logement : quand le neuf réinvente l’écologie

Châtenay-Malabry accueille son premier écoquartier à deux pas du parc de Sceaux. Cette opération fera la part belle au recyclage des matériaux et au bois pour la construction des immeubles.

Des matériaux de construction recyclés, des immeubles en bois, la géothermie pour le chauffage… C’est l’écoquartier LaVallée qui sortira de terre le long de la division du Général Leclerq à Châtenay-Malabry, une commune des Hauts-de-Seine. Ce nouveau quartier prendra place sur les 20 hectares laissés libres par le départ de l’école centrale pour le site de Saclay.

2.200 logements construits. Cette opération d’urbanisme sera réalisée par la société d’économie mixte à opération unique dans laquelle Eiffage Aménagement et la ville de Châtenay-Malabry seront actionnaires aux côtés de la Caisse des dépôts et consignations. Ce projet d’envergure prévoit la construction de 2.200 logements dont 400 sociaux, de commerces et d’équipements publics. Sans oublier la livraison du siège social de Lidl France qui accueillera un millier de salariés. « L’école centrale était coupée de la ville », rappelle Georges Siffredi, maire de Châtenay-Malabry. « Notre objectif est d’avoir un quartier ouvert et relié aux autres secteurs de la ville. Cet écoquartier doit être attractif avec ses commerces et ses équipements publics. »

Des matériaux de construction recyclés. Lors de la démolition des bâtiments de l’école, 98 % des matériaux de construction et des bétons seront réemployés sur le site. Certains seront utilisés pour la réalisation des voiries, d’autres serviront à la fabrication du béton pour la construction des bâtiments. Ce recyclage des matériaux limite les nuisances évitant le passage d’un camion toutes les deux minutes s’il avait fallu évacuer tous les gravats issus de la démolition. RéaVie, une association environnementale à vocation sociale a, quant à elle, récupéré certains équipements comme des prises électriques, des robinets qui, nettoyés, seront vendus aux particuliers. Les sièges des amphithéâtres ont été démontés puis envoyés à une école située à Dakar au Sénégal.

Le bois pour construire les immeubles. L’empreinte carbone de cette opération d’aménagement sera aussi réduite grâce à l’ossature bois retenue pour la construction des immeubles d’habitation. Un matériau qui permettra notamment à ce programme immobilier d’être conforme au label E+ C- qui préfigure la future réglementation, la Réglementation environnementale 2020. Une première tranche de 700 logements devant bénéficier du label E3 C1, l’objectif étant d’atteindre le niveau E3 C2 pour la deuxième tranche de logements.

Place aux énergies renouvelables. Pour assurer le chauffage et produire l’eau chaude sanitaire, c’est la géothermie qui a été choisie, un système qui récupère les calories des nappes d’eau chaude. 50 à 65 % des besoins seront ainsi couverts par cette installation qui sera relayée par une chaudière gaz pour fournir le complément. Le développement de la géothermie, très répandue en Ile-de-France, fait d’ailleurs partie des priorités de la région qui souhaiterait voir sa part dans les énergies renouvelables passer de 7 à 23 %.

Les transports en commun à l’honneur. Ce nouveau quartier qui accueillera à terme 4.600 habitants misera aussi sur les transports en commun pour limiter le trafic automobile même si cette commune des Hauts-de-Seine bénéficie de deux échangeurs pour accéder à l’A86. Une station de la ligne tramway T10, prévue en 2023 à l’entrée du quartier, reliera la ville aux communes environnantes comme Clamart, le Plessis-Robinson et Anthony. Sans oublier le RER B situé à proximité du quartier.

Pratique
Pas moins de 2.200 logements dont 400 sociaux sortiront de terre dans cet écoquartier. Une première tranche sera commercialisée en mars 2019. Ces appartements devraient être vendus en moyenne 6.000 €/m². La livraison des premiers immeubles est prévue lors du deuxième semestre 2021.

Publié par
© immoneuf.com - 3 déc. 2018

A lire également