À Saint-Cyr-l’École, un projet d’habitat participatif va voir le jour

Et si devenir propriétaire était l’occasion d’endosser le rôle d’acteur de premier plan de la conception de son habitat ? À Saint-Cyr-l’École, le projet Charles Renard laisse s'exprimer la convivialité et renforce l'affinité des futurs habitants avec l’environnement, tout en facilitant l’accession à la propriété grâce à un dispositif innovant. Un exemple à suivre ?

Ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la réputation de Saint-Cyr-l’École n’est plus à faire. Renommée pour son lycée militaire fondé par Louis XIV, attractive, facilement accessible par la route et les transports en commun, la ville bénéficie du dynamisme des bassins d’emplois de Versailles et Saint-Quentin-en-Yvelines, comme de la proximité des centres commerciaux SQY Ouest, Parly 2 et Plaisir. Elle a aménagé 40 hectares de parcs et jardins parfois chargés d’histoire, et de nombreuses voies pédestres ou cyclables émaillent son territoire. Les infrastructures sportives et culturelles sont également au rendez-vous, attirant des familles qui trouvent ici, à 30 minutes de Paris, le cadre calme et verdoyant qu’elles recherchent pour leurs enfants.

Un programme bien situé. C’est l’un des derniers îlots à construire de la ZAC Charles Renard qui accueillera ce nouveau projet d’habitat participatif auquel contribue Vinci Immobilier. Situé à moins d’un kilomètre de la grille de l’Étoile Royale, au bout du Grand Canal du château de Versailles et à moins de 3 km de l’accès principal, ce projet ne sera distant que de 900 m de la gare RER C. Un arrêt de bus sera situé au pied de la résidence, et pour les conducteurs, les  accès à l’A12, la N12 et l’A86 permettront de se retrouver rapidement sur les principaux axes de circulation. Commerces de proximité, crèche et groupe scolaire flambant neuf seront facilement accessibles ; centre névralgique du terreau associatif et sportif de la ville, la nouvelle Maison des Associations et le nouveau complexe sportif achèveront de donner vie au quartier.

Le coup de pouce du bail réel solidaire. Objectif majeur porté par le projet : faciliter l’accession à la propriété en mêlant logements en accession libre à prix maîtrisé (une vingtaine de lots seront concernés) et logements en accession aidée, grâce au bail réel solidaire (BRS). Ce mode d’accession, en dissociant le foncier du bâti, permettra de diminuer le coût d’acquisition de près de 30 % pour environ 16 logements, sans impacter négativement le budget alloué aux travaux. Il garantit donc la vocation sociale du programme, tout en lui offrant de porter des ambitions écologiques bien supérieures à celles d’un bâtiment standard en permettant la réduction au minimum de son empreinte environnementale. À condition de ne pas dépasser le plafond de ressources financières fixé par le BRS, d’occuper son logement au titre de résidence principale et de s’acquitter d’une redevance auprès du propriétaire du terrain (correspondant au droit d’occupation et aux frais de gestion), l’acquéreur bénéficiera d’une TVA réduite, d’un prix d’acquisition plafonné et d’un a battement de 30 % de la taxe foncière sur la propriété bâtie (si la collectivité d’implantation le décide). Et en cas de revente ? Les mêmes conditions d'achat s'appliqueront, de nouvel acquéreur en nouvel acquéreur.

Ouvert aux idées. Pour ce programme, qui accueillera 36 logements répartis sur deux bâtiments, faire preuve de qualité architecturale fait partie du cahier des charges : un objectif atteint grâce à la participation des architectes de l’agence Karawitz, lauréats du concours. Parmi les éléments structurants servant d’encadrement au projet, on retiendra la volonté de conserver une seule architecture pour l’ensemble du bâti, manifestant de manière visible la volonté d’offrir les mêmes prestations à tous les logements, y compris ceux en accession aidée. Mais également le préau et le jardin commun, qui  agiront comme un liant entre les deux bâtiments. Et la similarité des prestations proposées : salle commune visant à favoriser les contacts et les échanges entre voisins, parking souterrain pour laisser le champ libre aux piétons, local à vélos (emblématique d'un projet d’habitat fondé sur le respect de l’environnement), et local à ordures agrémenté d’une extension réservée au recyclage… Le reste est à inventer par les futurs habitants.

« Pour les autres comme pour soi-même ». Pour ce projet atypique, Cpa-Cps travaille en partenariat avec Vinci Immobilier. Les fondateurs, Xavier Point (photographe et plasticien), Anne-Laure Engelhard, (spécialisée dans la communication et le management de projet), et Christophe Jarreau, (producteur indépendant diplômé de Sciences Po et de l’ESSEC), ont préalablement vécu l’aventure de l’autopromotion grâce à un projet qu’ils ont piloté en tant qu’habitants. De là est née leur volonté d’imaginer un modèle plus sécurisé pour l’habitat participatif, et l’envie de « Construire pour les autres comme pour soi-même » (acronyme Cpa-Cps). « Autrement dit », précisent-ils « assumer, en tant que maître d’ouvrage (comme un promoteur classique), la responsabilité de la construction pour un groupe d’habitants, tout en conservant le même engagement dans les projets, le même attachement à leur réussite, la même exigence architecturale et environnementale que s’il s’agissait du nôtre. Le partenariat développé avec Vinci immobilier dans le contexte de la ZAC Charles Renard (…) nous permet de renforcer notre efficacité opérationnelle, tout en restant les pilotes du projet et les garants de ses ambitions. » Renseignements : vinci-immobilier-institutionnel.com

Publié par -