Découvrez le logement neuf de demain

Le monde change. Et les aspirations des Français en matière d’habitat également. Ils souhaitent des appartements flexibles, des maisons cocons, des logements de caractère et plus respectueux de l’environnement. Gros plan sur Visions, l’habitat de demain, un cahier de tendances qui annonce la couleur.

Une première. La démarche apparaît comme inédite dans l’univers de la promotion immobilière. En association avec l’agence NellyRodi, le promoteur Cogedim vient de mettre au point un cahier de tendances qui décrypte les attentes des Français en matière de logement. « Cela faisait déjà plusieurs années que j’étais à la recherche d’une manière de mieux comprendre les attentes de nos clients, grâce à NellyRodi, nous avons pris du recul et élargit le spectre de notre connaissance clients en identifiant leurs aspirations au sens large, leur rapport à la consommation et leur envies », analyse Marie-Catherine Chazeaux, directrice Pôle Produit et Architecture de Cogedim. Autrement dit, le client est un consommateur comme les autres : il s’habille d’une certaine façon, choisit un type de nourriture, opte pour une variété de loisirs. Bref, chacun développe une vision de la vie qui lui est propre. Et une vision qui le mène à envisager le logement d’une certaine façon.

Repenser la construction. Cette prise de conscience entraine une révolution dans la manière de construire des logements. « Le modèle de l’après-guerre qui consistait à bâtir des immeubles avec des logements identiques n’est plus du tout adapté à notre réalité. Cela fait déjà plusieurs années que nous avons compris qu’il faut impliquer le client dans le processus constructif et de l’adapter aux évolutions des structures familiales et aux différentes phases de la vie. A chaque situation une réponse différente doit être proposée : pour les familles monoparentales ou recomposées par exemple ou pour l’agrément de vie de nos ainés et leur maintien à domicile dans les meilleures conditions », explique Marie-Catherine Chazeaux. Mais aujourd’hui une nouvelle étape est franchie. L’architecture ne doit plus définir l’usage des pièces, au contraire, il faut partir de l’usage pour concevoir les différents espaces. Un exemple ? Les balcons ne peuvent pas être imaginés seulement comme pour donner du cachet à un immeuble, ils deviennent de vrais lieux de vie où l’on mange, jardine et reçoit ses amis.  

Quatre tendances à suivre. Concrètement, Visions, le cahier de tendance a permis d’isoler quatre tendances pour l’habitat de demain.

Tendance #1 " la maison flexible " : Avec le développement du télétravail et l’évolution des schémas familiaux, un grand besoin de modularité se fait sentir. Les individus n’ont plus besoin de déménager, mais c’est plutôt au logement de s’adapter. Les façades à vivre permettent par exemple d’aménager un coin en bibliothèque, un bureau ou en espace de repos selon nos rééls besoins. « Notre approche consiste à donner les moyens à nos clients de faire ces transformations sans réaliser d’importants travaux», indique Marie-Catherine Chazeaux. Ainsi l’emplacement des prises ou la présence d’un point d’eau à proximité d’un balcon devront être pensés en amont. Des espaces communs supplémentaires peuvent désormais se louer en cas de besoins ponctuels. Enfin, dès le départ, les acquéreurs choisissent entre trois ou quatre plans d’aménagement différents pour un seul et même espace.

Tendance #2 " la maison vertueuse " : Le logement n’existe pas qu’en lui-même. Il appartient à un environnement avec lequel il doit vivre en harmonie. Avec le réchauffement climatique, le confort d’été apparaît comme une nécessité. « Pour autant il n’est pas question de simplement ajouter la climatisation dans les bâtiments, cela renverrait à un paradoxe écologique. Nous devons au contraire favoriser toute une série d’actions simples pour éviter la surchauffe du bâti et renforcer la ventilation naturelle », note Marie-Catherine Chazeaux. Comment ? Les exemples ne manquent pas : en peignant un immeuble en blanc plutôt qu’en noir, ou encore en optant pour des matériaux à faible inertie, en réfléchissant à protéger les façades les plus exposées et en construisant des logements traversants qui autorisent les courants d’air. Cette notion de " vertueux " renvoie aussi à la création de lien social. Les parties communes favorisent les relations avec le voisinage et s’inspirent de plus en plus de l’hôtellerie (ajout de banquettes, de boîtes aux lettres connectées…).

Tendance #3 " la maison cocon " : « L’arrivée de la Covid nous a rappelé à tous à quel point le logement constitue un refuge », souligne Marie-Catherine Chazeaux. Nous devons nous protéger de l’extérieur (la pollution, le climat), mais aussi nous sentir en sécurité à l’intérieur. « Le travail sur les transitions apparaît comme essentiel dans cette recherche de protection», remarque Marie-C Chazeaux. Les transitions entre l’extérieur et l’intérieur se doivent d’être marquées, ils deviennent des lieux de vie, des extensions des appartements. Au sein des logements, les espaces de distribution retrouvent aussi du sens. L’entrée nous sert en quelque sorte de sas de décontamination, les couloirs permettent de mieux isoler les différents espaces de vie (jour/ nuit, bureau/chambre des enfants…). Le balcon et la terrasse symbolisent une dernière transition en créant un lien direct avec l’extérieur. Leur emplacement pourra créer de l’intimité en ajoutant des barrières végétales ou au contraire favoriser la discussion avec les voisins.

Tendance #4 " la maison inspirante " : L’habitat doit être le reflet de la personnalité de son propriétaire. Les possibilités de personnalisation n’ont jamais été aussi importantes. Matériaux innovants, nouvelles technologies, œuvres d’art… tout est possible ou presque. «  Pour trouver l’inspiration, nous proposons à nos clients de visiter l’un de nos stores qui mettent en scène différents types de décoration pour leurs appartements. Nous les changeons souvent pour rester dans l’air du temps », notre Marie-Catherine Chazeaux. En se rendant sur place, les clients se retrouvent en immersion avec certains aménagements, visualisent mieux le rendu des matériaux : carrelages, parquets, papiers peints, peinture, tissus, cuirs… Des architectes intégrés s’occupent de la décoration des parties communes et de répondre aux besoins d’hyperpersonnalisation de chaque programme.  

Publié par -