IMMONEUF - de Particulier à Particulier
Immobilier neuf,
partout en France

Immobilier neuf : la dernière Folie de Montpellier

Dans le sillage des célèbres Folies du XVIIIe siècle, la ville de Montpellier poursuit l’émergence d’ouvrages d’exception sur son territoire. Implanté sur les rives du Lez, l’Arbre Blanc est le nouveau symbole de cette course à l’innovation architecturale.

 

Renouer avec d’anciennes pratiques et les réinterpréter sous le sceau d’un savoir-faire technologique. Un exercice dans lequel Montpellier se plait à exceller. Dans la tradition des Folies du XVIIIe siècle, la Ville a décidé d'impulser la création d’une douzaine d’ouvrages, témoins de la vitalité et de l’innovation de son patrimoine urbain. Après la Folie Divine, l’Arbre Blanc est la seconde construction née de cette volonté de transformer la ville en laboratoire architectural. Imaginé par un collaboratif d’architectes, Sou Fujimoto, Nicolas Laisné et Manal Rachdi*, l’immeuble anime de sa singulière silhouette les rives du Lez et fascine autant qu’il interroge.

Prouesse technologique. 93 balcons métalliques hérissés sur les flancs, et dans le vide, comme les branches d’un cerisier. L’architecture de l’Arbre Blanc ne laisse pas indifférent. Le résultat ? 110 appartements dotés de terrasses suspendues de 10 à 30 m2, comme de petites pièces supplémentaires, orientées dans de multiples directions. « Avec ses espaces en porte à faux, l’Arbre Blanc est une véritable prouesse technologique », une première pour ­s’adapter à une ville qui ­bénéficie de trois cents jours d’ensoleillement par an.

Point culminant de la ville. D'une hauteur de 56 mètres, l'Arbre Blanc est un espace commun de vie de 17 étages. « Nous proposons une nouvelle façon d’habiter », confirme Manal Rachdi. « Tous les copropriétaires – quel que soit l’étage de leur logement – pourront profiter du panorama. » Sur le toit, un bar, un restaurant et un espace de détente sont pour l’heure réservés aux résidents. Une conciergerie devrait aussi voir le jour avec un employé permanent. A noter, les deux premiers niveaux accueillent un restaurant, une galerie d'art et des bureaux.  

Projet écologique. Conformément aux sensibilités des porteurs de projet, la construction est éco-conçue.  Le choix de matériaux durables et écologiques, des façades élargies qui protègent de la surchauffe et du froid, l’orientation du bâtiment… tout est judicieusement pensé pour être pérenne sans nuire à l'environnement. « Pour nous, l'écologie est évidente, nécessaire et la réflexion que nous menons sur la durabilité de nos bâtiments se doit d'être pragmatique », insiste Manal Rachdi.

Vivre dehors : Les séjours et les chambres se trouvent en liaison directe avec l'extérieur par le biais des terrasses agrémentées de brise-soleil et jardinières, positionnées en quinconce, de façon à donner le sentiment d'intimité. Habillées de bois Accoya®, elles prolongent les habitations de 7 à 8 mètres en porte-à-faux de la façade et offrent une vue plongeante dans la nature environnante « J’ai toujours pensé que la nature et l’architecture pouvaient s’intégrer harmonieusement », explique Sou Fujimoto, le célèbre architecte japonais.

Un bois adapté au climat. Le bois massif Accoya® a été choisi pour sa grande résistance à la pourriture et sa stabilité dimensionnelle sans équivalent. Il est parfait pour concevoir des platelages bois capables de résister au climat méditerranéen. « Performant, léger et d'aspect clair et sans nœud, c'est le bois le mieux adapté au projet car il devra résister aux intempéries tout en prenant une patine grise et esthétique dans le temps », ajoute les concepteurs.

Le prix du succès. Ces multiples atouts ont permis à L’Arbre Blanc de connaître un réel engouement et ce même avec un prix du mètre carré atteignant les 6 000 € pour les derniers niveaux. La commercialisation est allée bon train puisque tous les lots sont vendus depuis longtemps. Une réussite qui en appelle d’autres car l’agglomération montpelliéraine ne fait pas mystère de son ambition, celle d’être un laboratoire à ciel ouvert.   

* Les promoteurs montpelliérains Promeo, Crédit Agricole Languedoc-Roussillon, Evolis et Opalia (garants de la bonne mise en œuvre des opérations) sont les autres acteurs engagés dans cette aventure singulière.

Publié par
© immoneuf.com - 10 mai 2019

A lire également