Urbanisme : Montpellier (34) s’offre une nouvelle figure de proue

Entre avant-garde et préservation d’un patrimoine pluricentenaire, Montpellier fait figure de modèle d’équilibre. En accueillant des projets architecturaux aussi audacieux qu’inspirés, elle incarne une destination internationalement reconnue et est devenue en quelques années une étape incontournable pour tous les férus d’architecture.

Montpellier est entrée dans le XXIe siècle avec l’ambition de vivre au rythme de l’architecture contemporaine. Les étudiants de son École Nationale Supérieure d’Architecture (ENSAM) baignent dans une atmosphère aussi stimulante qu’inspirante, évoluant aussi bien dans les ruelles étroites et labyrinthiques du Montpellier médiéval qu’aux abords de réalisations prestigieuses, telles que l’Arbre Blanc de Sou Fujimoto, le RBC Design Center de Jean Nouvel ou le Nuage imaginé par Philippe Starck.

Un quartier vert. C’est au cœur de la ZAC Port Marianne Consuls de mer que le promoteur Roxim réalisera Evanesens. Ce quartier prisé, distant d’un quart d’heure seulement de la place de la Comédie ou de la gare SNCF et situé à une vingtaine de minutes en voiture de la plage du Petit Travers est le pendant contemporain de la vieille ville. Evanesens s’élèvera face au Lez, au croisement de l’allée des Circées et de l’allée des Astragales, ainsi qu’au croisement de trois lignes de tramway. La résidence côtoiera également l’Hôtel de Ville et son parc paysager de deux hectares.

Une ode au vivant. Evanesens incarnera une résidence de 74 logements, dont 16 en accession abordable (c’est-à-dire vendus à un prix inférieur à ceux du marché, afin d’aider les ménages à revenus modestes à acquérir leur résidence principale dans le secteur privé). Cet ensemble « végétal » s’élèvera sur 16 niveaux habitables et se composera de deux tours de 10 et 17 étages reliées entre elles par des serres double hauteur. Les travaux seront lancés en mai 2023, pour une livraison prévisionnelle en décembre 2025 : deux ans et sept mois de travaux seront donc nécessaires pour la réalisation de ce projet hors normes. Evanesens sera — selon son concepteur l’architecte François Fontès — « un bâtiment emblématique de cette nouvelle tendance salutaire qui est de dire que l’architecture ne doit pas être quelque chose qui soit déconnecté de l’humain. »

La lumière, invitée permanente. Les appartements ont été conçus sur des principes d’habitabilité, de plaisir, de fonctionnalité, mais également de transparence. « Au sein des appartements, un travail d’ergonomie a été fait de façon à apporter le maximum de confort et le maximum de relations entre les êtres », explique l’architecte.Evanesens disposera donc d’espaces communs pour permettre de rencontrer ses voisins, ainsi que de grandes terrasses qui se déploieront dans la continuité des appartements et conçues comme autant d’espaces d’intimité au sein de chaque foyer. De nombreux logements disposeront de doubles — voir de triples — orientations. L’immeuble du futur, selon son concepteur, est une extension verticale du parc. C'est pourquoi ici « La végétation va partir à l’assaut de l’architecture et l’architecture sera cette composition harmonique entre le végétal et le minéral ».

Un écosystème innovant. Avec 1,73 km de jardinières implantées sur l’ensemble du projet, Evanesens incarnera un lieu de vie unique. S’élevant sur près de 50 mètres de hauteur, ce projet de résidence a intégré dès sa conception les exigences liées au développement d’arbres et de végétation. Sollicitée pour son savoir-faire, Laura Gatti — l’ingénieure agronome et paysagiste co-conceptrice du Bosco Verticale de Milan — a travaillé à créer une véritable forêt verticale riche de dizaines d'espèces végétales. Le résultat visuel accompagnera naturellement le changement des saisons, offrant aux usagers du quartiers comme aux habitants de la résidence le spectacle d'une nature sans cesse changeante. Enfin, sur la partie sommitale, des pins parasols endosseront le rôle symbolique de gardiens des deux tours, en référence à la légende de la Tour des Pins et aux quatrains de Nostradamus prédisant que « Lorsque les pins disparaîtront, la cité périra. » Renseignements : roxim.com 

Publié par -